Et voilà, déjà le 30e épisode de “C’est lundi, que lisez-vous” ! Plein d’idées de lecture à portée de souris… Pour retrouver les 29 autres épisodes, c’est ici : tous les “C’est lundi”.

L’été est toujours un moment privilégié pour lire, que ce soit grâce à des vacances bien méritées ou simplement un rythme de vie plus clément… Voilà donc quelques livres que j’ai découverts cet été et que j’ai envie de partager avec vous !

 

“C’est lundi…”, mais qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un rendez-vous inspiré de “It’s Monday, What are you reading ?” du blog One Person’s Journey Through a World of Books. Chaque lundi, quelques dizaines de blogueurs répondent à trois questions :

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

Actuellement, les articles de tous les blogueurs participant à ce mouvement sont récapitulés sur le blog I Believe in Pixie Dust. C’est l’occasion de découvrir des personnes et des livres de tous horizons ! C’est parti :

 

1. Qu’ai-je lu les semaines passées ?

Cet été, j’ai eu le plaisir de passer quelques jours avec mes parents, et entendant ma mère me raconter avec des étoiles dans les yeux sa lecture de “La vie des elfes” de Muriel Barbery, je me suis empressée de le lire avant de quitter la maison de mes parents !

D’habitude, je n’aime pas trop les genres fantastique/fantasy… Alors les histoires d’elfes, bof. Je crois que, dans le genre, seul Le Seigneur des anneaux a trouvé grâce à mes yeux ! Sans l’enthousiasme de ma mère, pas sûre que ce livre m’aurait attirée. Et pourtant, je me suis laissée prendre par le charme de cette histoire. Incroyablement bien écrit (j’ai rarement lu une telle langue, mystérieuse, onirique, aux tonalités anciennes et envoûtantes), j’ai dévoré ce livre en 2-3 jours, un peu frustrée par la fin qui laisse grande ouverte la possibilité d’une suite ! Alors oui, je n’ai pas tout compris tant le langage est spécial, mais certains passages dégagent une telle grâce que je suis tombée sous le charme de ce livre particulier. Et la galerie des personnages présentés par Muriel Barbery est savoureuse et étonnante.

Résumé : Dans le monde des hommes, Clara et Maria ne se connaissent pas. L’une naît en Italie et se révèle une prodige du piano qu’un maître musicien va prendre sous son aile. L’autre est déposée bébé sur les marches d’une ferme française et transforme les environs de son village en un Pays de Cocagne grâce à ses liens particuliers à la nature. Mais bientôt, il semble qu’une menace se fait sentir, il y a comme une odeur de guerre qui rappelle aux plus anciens des temps de batailles et de mort. Parce qu’au-delà du monde des hommes se trouve un autre monde de brumes et d’histoires. A l’insu des petites gens ordinaires, ces deux mondes s’interpénètrent et le pire se profile. Il n’y a que l’alliance de ces deux jeunes filles qui pourra venir à bout des sombres desseins de certains, pour que les deux mondes puissent coexister en harmonie espèrent ceux qui dans l’ombre prennent soin de Clara et Maria.

 

Et puis, dans un genre très différent, un bon roman feel-good comme j’aime en lire de temps en temps quand je n’ai pas envie de me prendre la tête. Celui-ci ne m’a pas déçue : une séparation “inattendue mais qui finalement est une bonne chose”, une chouette histoire d’amour “impossible d’abord et puis en fait non 🙂 “, un retour à la nature plein de bonne volonté : voilà “Du haut d’un brin d’herbe, on voit bien la Terre” d’Antoine Paje qui m’a fait passer un bon moment !

Résumé : Arthur est chimiste et il travaille dur pour trouver un traitement à la maladie d’Alzheimer pour venger son père décédé de ce mal insidieux. Alors quand il se voit forcé à démissionner, il perd un des piliers qui donnaient sens à sa vie. Et quand sa copine le quitte en lui laissant le soin de sa chatte siamoise qu’Arthur déteste, il ne trouve plus grand chose à quoi se raccrocher… Son salut, pense-t-il, va venir d’un changement complet de vie, et il achète une maison ancienne dans un village campagnard où tout le monde se connaît. Après l’idéalisation de cette vie au vert, Arthur se retrouve face à une réalité un peu différente : les galères du citadin qui ne connaît rien aux problèmes techniques et manuels qu’implique l’entretien de sa maison, les gens du village un poil hostiles face au parisien qui débarque chez eux. Même la maire du village, bien que jeune et jolie, semble assez désagréable. Bon, vous me voyez venir à des kilomètres ! Puisque c’est un roman feel-good, Arthur va réussir à se mettre dans la poche le village entier, trouvant même en chemin un nouveau travail. Et à force d’apiculture, de barbecue et de soins vétérinaires, la maire (qui est aussi la vétérinaire) va se révéler bien moins désagréable que prévu 😉 

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  C'est lundi, que lisez-vous ? #24

2. Que suis-je entrain de lire en ce moment ?

En fait, je viens de le terminer ce matin… Et du coup, je n’ai plus rien en cours au moment où je vous écris ces lignes 😉

Lorsque “Respire, tu es vivante : de Lhassa à l’Everest, une aventure écologique et spirituelle” de Marion Chaygneaud-Dupuy est sorti en 2020, j’avais entendu quelques bribes d’interview de cette femme à la radio. Et plusieurs amies m’en avaient parlé (évidemment, un livre qui parlent d’une Occidentale devenue nonne bouddhiste, ça trouve un certain écho dans les communautés bouddhistes comme la mienne !)

Parce que oui, ce livre est une autobiographie de Marion Chaygneaud-Dupuy, une femme exceptionnelle… Un livre qui m’a beaucoup touchée car il fait écho à mon propre chemin dans le bouddhisme tibétain, mais également de part l’amour de cette femme pour le Tibet et pour la haute montagne. Bref, une partie de ma propre vie puisque je suis également allée au Tibet à 20 ans (mais sans m’y installer contrairement à l’auteure !), comme elle je suis tombée en arrêt devant ces paysages uniques et envoutants des plaines tibétaines, et même si je me contente des montagnes suisses, les sommets himalayens m’ont toujours fascinée.

Résumé : Née en 1980, l’auteure entreprend à 16 ans un voyage en Inde où elle aide le médecin des rues Jack Preger. Le début d’une aventure hors du commun qui l’amène, deux ans plus tard, à entreprendre le cursus spirituel classique du bouddhisme tibétain auprès de Bokar Rinpoché, maître tibétain dont le monastère est installé en Inde au pied de l’Himalaya. Son chemin l’emmène ensuite à l’Université de Lhassa, dans les plaines du Changtang dans l’espoir d’aider les nomades à sauvegarder leur culture, et sur les pentes de l’Everest qu’elle gravira par trois fois ! Touchée par ces paysages incroyables mais également par la pollution engendrée par les expéditions de plus en plus nombreuses sur le toit du monde, Marion décide de monter “Clean Everest” pour débarrasser l’itinéraire tibétain qui monte à l’Everest des 10 tonnes de déchets laissés par les alpinistes depuis quelques dizaines d’années. Une réussite puisque ces déchets sont descendus et traités en une poignée d’années, et que le gouvernement reprend les rennes de ce projet pour le pérenniser. Ces aventures sont contées en suivant le fil conducteur de l’évolution intérieure de l’auteure sur le chemin de la sagesse et de la compassion, chemin piégeux pour ceux dont l’attention au présent vacille… Nonne laïque, guide de montagne, entrepreneuse écologique et sociale, Marion Chaygneaud-Dupuy a décidément un parcours hors du commun, inspirant à lire !

 

 

3. Que vais-je lire ensuite ?

C’est une bonne question ! Comme d’habitude lorsque je pars en vacances, j’ai pris beaucoup trop de livres avec moi et j’ai donc largement le choix… Parmi les titres qui m’attendent figurent :

 

A votre avis, je continue par lequel ?

 

Et vous ?

Que lisez-vous pour vous faire plaisir cet été ? Partagez vos coups de coeur dans les commentaires 🙂

Et retrouvez l’épisode précédent de “C’est lundi…” en cliquant ici.