Vous avez peut-être connu la série « C’est lundi, que lisez-vous ? » sur ce site, avec plus de 30 épisodes… Voilà sa nouvelle version appelée « Que lis-tu, Aline ? » 😊

Une série d’articles où je vous partagerai mes lectures, en toute simplicité, pour vous donner envie d’explorer des livres que vous n’avez peut-être jamais rencontrés…

Et nous débutons cette série avec mes meilleurs lectures de l’année 2023 ! Attention, il ne s’agit pas des classiques prix littéraires de l’année, mais de choix très personnels et qui reflètent mes propres intérêts…

C’est donc une version « spéciale nature » si je devais donner une thématique à ma sélection 😉🌲🦌

 

Qu’ai-je lu en 2023 ? Mes meilleurs livres pour évoquer la nature

Commençons par les meilleurs romans !

 

« L’île haute » de Valentine Goby

Je crois que c’est de loin le roman qui m’a le plus touchée l’année dernière… Si vous me connaissez un peu, vous savez l’amour que je porte à la montagne : voilà l’histoire de la découverte de ce milieu si particulier à travers les yeux innocents et émerveillés d’un jeune garçon citadin. L'île haute de Valentine GOby

J’avais déjà adoré le titre « Murène » de la même autrice qui explorait un monde complètement différent : l’histoire du handisport. Et voilà que « L’île haute » me réenchante… Valentine Goby possède une plume poétique, brute, aux phrases courtes mais fortes, qui a le don de nous plonger dans le milieu qu’elle décrit avec précision et émotion.

Ce roman m’a d’autant plus touchée que je connais bien la région décrite pour l’avoir arpentée à pieds plusieurs fois. Dire que la vie y était si différente il n’y a que quelques dizaines d’années ! Le récit nous fait remonter le temps, à l’époque où la neige hivernale paralysait totalement la vie quotidienne, où les gestes des hommes étaient définis par les saisons et où l’Histoire se déroulait en toile de fond et arrivait aux oreilles par bribes et par courrier postal (eh oui, quelle différence avec notre époque de l’information immédiate !) Si vous aimez les belles évocations de paysages montagnards, vous allez apprécier.

Résumé : Vadim est un petit parisien asthmatique, envoyé par sa famille chez des inconnus dans la vallée de Chamonix pour y respirer un meilleur air (enfin, c’est ce qu’ils disent… et d’ailleurs Vadim doit pour l’occasion se faire appeler Vincent…) Il est accueilli dans une famille de paysans qui l’initie à la vie rythmée par les saisons et au travail aux champs et avec les bêtes. Dès qu’il pose les yeux sur la démesure des pics montagneux qui l’entourent, il est pris d’une fascination totale qui ne le quittera plus alors qu’il découvre les changements du paysage lorsque l’hiver fait place au printemps puis à l’été. Au loin, les échos de la Deuxième Guerre mondiale arrivent par bribes et les quelques lettres de sa famille le raccrochent à une ancienne vie citadine qu’il a dû fuir. A l’été, il expérimente les hauteurs avec la montée à l’alpage des bêtes, hauteurs qu’il va bientôt devoir rejoindre malgré lui pour faire face à son destin…

Références : L’île haute / Valentine Goby. Actes Sud, 2022

 

« Les grands cerfs » de Claudie Hunzinger

Rien qu’en découvrant le titre de ce roman, j’ai eu envie de le lire. Moi qui me rends dans les forêts à l’automne pour écouter le brâme du cerf, qui entrevois à l’année des biches entre dans les futaies lors de mes balades naturalistes, je ne pouvais pas passer à côté ! Les grands cerfs Claudie Hunziger

L’ambiance de ce livre ne laisse pas indifférent… C’est beau, c’est dur, il fait froid, cela sent la bête (et si vous avez déjà senti l’odeur des cerfs en rut, vous savez ce que cela veut dire !), c’est la nature dans toute sa splendeur. Mais une nature menacée, en sursis.

Résumé : Une femme habite dans les montagnes avec son compagnon. Sa maison est entourée par de la faune plus ou moins visible. Un jour, un photographe animalier lui propose d’aller observer les cerfs, et la voilà devenue addict aux affûts, quelque soit la météo et les conditions. De jour et de nuit, dans la neige ou sous la pluie, elle apprend à reconnaître les grands cerfs avec qui elle partage ce territoire, elle leur donne des noms, s’inquiète quand elle ne les voit plus durant trop longtemps. Parce que tout le monde ne traque pas les grands cerfs pour la même raison…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  C'est lundi, que lisez-vous ? #7 (spécial livres pour Noël !)

Références : Les grands cerfs / Claudie Hunziger. J’ai lu, 2020

 

« Le grand vertige » de Pierre Ducrozet

J’ai d’abord eu un peu de peine avec les premières pages de ce roman, je ne voyais pas bien où l’auteur cherchait à m’emmener… Et puis l’histoire s’emballe et m’a tenu en haleine ! Des portraits divers de personnes aux quatre coins du monde, en mission dans un monde chamboulé et violent, pour sauver une nature sous tension et menacée. Jusqu’à quelles extrémités peut-on aller pour préserver notre planète ? Le grand vertige roman nature et écologie

Un roman très actuel sur la nécessité de changer de paradigme et la difficulté de faire évoluer les consciences.

Résumé : Adam Thobias, scientifique de renom, rassemble une équipe éclectique de jeunes et de moins jeunes pour travailler dans sa “Commission internationale sur le changement climatique et pour un nouveau contrat naturel”. Des scientifiques comme lui, mais aussi des photographes, des voyageurs et des curieux envoyés aux quatre coins du monde pour rassembler des informations sur des sujets bien précis. Le lecteur en suit plusieurs en mission, dont June et Mia, envoyées en Birmanie pour rassembler des données sur un pipeline controversé. Puis, soudain, une vague d’attentats et d’attaques contre des structures comme ce pipeline met à jour une intense activité d’écoterrorisme. Est-elle en lien avec le travail de Thobias et de sa commission ? C’est ce que semblent penser les instances officielles qui se mettent à le traquer, ainsi que ces collaborateurs… Adam Thobias réussira-t-il à changer le monde et les consciences comme il le désire tant ? 

Références : Le grand vertige / Pierre Ducrozet. Actes sud, 2020

 

« Encabanée » / Gabrielle Filteau-Chiba

Voilà un petit livre qui se lit rapidement mais qui dépayse comme il faut. L’histoire d’une personne qui part s’enfermer dans une cabane solitaire dans les forêts du Canada ? Il n’en fallait pas plus pour que ce livre se retrouve rapidement entre mes mains ! Encabanée, roman sur la nature et les forêts du Canada

Mais ce qui semblait être un récit d’aventure du style « Dans les forêts de Sibérie », s’est révélé être davantage un roman militant et a pris une tournure à laquelle je me m’attendais pas… Autant dire toute de suite que ce n’est pas le meilleur livre, l’écriture et la construction du récit ne sont pas incroyablement raffinés, mais ça se laisse lire facilement.

Résumé : Anouk décide de quitter son appartement cosy de Montréal pour une cabane bien sommaire et mal isolée dans les forêts figées par l’hiver. A -40 degrés, elle doit apprendre tous les gestes qui permettent la survie : aller casser la glace pour obtenir de l’eau, maintenir un feu dans le poêle pour ne pas geler. Chaque erreur peut avoir des conséquences fatales. Elle a froid, elle est désemparée, lorsqu’un évènement inattendu se produit. Que fait cet homme seul dans le froid glacial au milieu de nul part ? Faut-il le considérer comme une menace ou au contraire comme des bras forts et réconfortants ? Pourquoi ces bruits d’hélicoptères, que cherchent-ils ?

Références : Encabanée / Gabrielle Filteau-Chiba. Folio, 2021

 

Et pour terminer, une belle BD !

Par la force des arbres / Dominique Mermoux, Edouard Cortès

J’avais rencontré ce titre sous forme de roman, me disant que ce serait chouette à lire mais sans y donner suite. Et puis je suis tombée sur cette version en BD que je me suis empressée d’acheter pour ma bibliothèque, la couverture semblant très poétique ! Par la force des arbres, récit de vie dans la nature

De magnifiques illustrations à l’aquarelle, bien documentées pour le côté naturaliste. Et un récit inspirant qui donne envie de suivre les pas d’Edouard Cortès et de se construire une cabane dans les arbres 🌲🌲🌲 J’ai été agréablement emportée par le récit et la sérénité retrouvée par le contact avec cette belle nature. Bref, une superbe BD à offrir ou à s’offrir.

Résumé : Plongeant dans la dépression, fatigué de sa vie, Edouard s’offre un traitement de choc. Il se construit une cabane dans un grand chêne, au milieu d’une belle forêt du Périgord, et s’invente ermite le temps d’un printemps. Perché à plusieurs mètres de haut, il observe la nature et ses habitants. Son quotidien se résume à des tâches simples mais porteuses de consolation : manger, lire, écrire, observer, aller chercher de l’eau à la source. Son ermitage est uniquement troublé par la visite hebdomadaire de sa femmes et ses enfants. Petit à petit, ses plaies se pansent au contact de cette nature si vraie et porteuse d’une immense force de vie.

Références : Par la force des arbres / Dominique Mermoux, Edouard Cortès. Rue de Sèvres, 2023

 

Et vous ?

Qu’avez-vous lu en 2023 ? Quels sont vos livres coup de cœur ? Partagez-les en commentaires !

A bientôt pour un nouvel épisode de mes lectures…

PS : en toute transparence, les liens vers Amazon contenus dans cet article sont des liens affiliés qui me permettent de toucher une petite commission si vous les utilisez : cela soutient mon travail sans modifier le prix pour vous. Cependant, je conseille toujours de privilégier vos librairies locales !