L’autre jour, je parcourais le blog Habitudes Zen à la recherche de conseils pour me faire du bien (mais oui, on n’a jamais trop d’idées pour prendre soin de soi !), et je suis tombée sur l’annonce de l’évènement “3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien”. Ce titre m’a fait réfléchir…

Si vous demandez à mes proches, ils vous diront que je suis une personne très, très zen, presque trop zen pour certains ! Quel est mon secret pour être zen, me suis-je demandée ? J’ai donc décidé de vous écrire ce petit article pour apporter ma pierre à l’édifice de cet évènement interblogueurs. Ma troisième habitude est peut-être la plus difficile… rendez-vous au bas de l’article !

 

moines zen lecture

 

Ma première habitude pour rester zen : lire !

Evidemment, allez-vous me dire… De la part d’une bibliothérapeute-bibliothécaire, lire n’est pas une habitude très originale ! Oui… mais savez-vous tout ce que la lecture provoque dans notre être ? Il y a de quoi devenir sacrément zen :

  • La lecture est une distraction gratuite et inspirante : vive les bibliothèques qui nous proposent les derniers romans gratuitement ou les boutiques d’occasion qui nous permettent d’acquérir plusieurs livres pour le prix d’un ! La lecture nous permet de garder la zénitude d’un budget loisirs maîtrisé, tout en nous offrant mille et un horizons d’évasion. Un livre = une escapade dans un autre monde…
  • La lecture nous fait sortir de notre quotidien : souvent, nous sommes enfermés dans un quotidien plein à craquer et la charge qui pèse sur nos épaules ne semble jamais vouloir diminuer… Lire un bon roman nous permet de déconnecter de ce quotidien pour nous évader dans un autre monde. Le temps de quelques pages, nous oublions ce qui nous tracasse pour revenir ensuite plus frais et détendu. La lecture nous offre cette pause salutaire.
  • Lire réduit le stress : 6 minutes de lecture permettent de réduire le stress de 68% ! C’est ce qu’une étude anglaise de l’Université du Sussex a démontré. Lire durant quelques minutes fait baiser le rythme cardiaque et permet un relâchement de la tension musculaire. Et la lecture ferait mieux que d’autres activités telles que se promener, écouter de la musique ou boire une tasse de thé.
  • Lire améliore notre concentration : le stress est notamment causé par le fait que nous sommes constamment actifs, notamment mentalement. Nos pensées passent d’une chose à une autre sans arrêt, et nous les suivons sans les remettre en question ! La lecture nous oblige à poser notre attention sur une seule activité : décrypter les mots et l’histoire. Se concentrer sur une seule chose, voilà justement le but de la méditation ! Nous en reparlerons plus bas, mais des études scientifiques ont montré que les zones du cerveau actives durant la lecture étaient semblables à celles de la méditation.
  • Lire améliore nos relations interpersonnelles : un autre facteur de stress est notre communication et nos relations interpersonnelles. Rien de plus stressant qu’un conflit, des non-dits et de l’incompréhension mutuelle. La lecture, en nous faisant vivre les aventures et donc les émotions de personnages extérieurs à nous-même, nous permet d’enrichir notre bagage émotionnel et de développer notre empathie. Nous devenons plus réceptifs et compréhensifs face aux autres et nos relations s’améliorent. Pour en savoir plus, je vous invite à aller lire mon article sur le sujet.

Il y aurait encore de nombreux bienfaits de la lecture à énumérer, mais voici les principaux en ce qui concerne notre zénitude au quotidien !

 

Mon petit plus : lire en mode fakir

Personnellement, je consacre minimum 15 minutes à la lecture chaque soir avant de m’endormir. Mon petit plus “zen” : me coucher façon fakir sur un tapis de fleurs (ces tapis pleins de petits piquants qui stimulent la circulation sanguine et augmentent la production d’endorphines). La production d’endorphines permet de se détendre le corps et l’esprit, préparant à un bon sommeil. Relaxation assurée : vous pourriez même vous endormir avant d’avoir terminé votre chapitre !

 

Ma deuxième habitude pour rester zen : méditer !

Nous venons de le dire, lire est bon pour notre concentration et notre zénitude. Mais méditer est encore plus efficace ! Depuis des siècles, la méditation a fait ses preuves pour nous aider dans la gestion de nos pensées et de nos émotions, qui, lorsqu’elles sont incontrôlables, sont un grand facteur de stress.

habitude pour rester zen

Comment méditer ?

Au niveau le plus simple, la méditation consiste à maintenir notre concentration en un seul point. C’est en fait bien plus simple que ce à quoi nous nous attendons. Notre objet de méditation sur lequel nous allons nous concentrer peut être en fait n’importe quoi ! Le plus courant est d’utiliser notre souffle, mais nous pouvons utiliser chacun de nos sens. Certains maîtres de méditation comparent notre esprit à un singe, prisonnier d’une maison qui aurait plusieurs fenêtres représentant nos sens. Habituellement, le singe saute continuellement d’une fenêtre à l’autre : notre conscience saute d’un sens à un autre sans arrêt. Dans la méditation, nous aidons le singe à rester aussi longtemps que possible devant une fenêtre sans en être distrait.

Lorsque nous devenons plus expérimentés, nous pouvons également utiliser nos pensées ou nos émotions comme objet de méditation. La consigne est toujours la même : poser notre attention sur l’objet de notre choix sans en être distrait. Se concentrer tout en restant détendu. Lorsque nous nous rendons compte que nous sommes distraits, sans faire de commentaire mental, nous revenons simplement à notre objet.

Attention ! Contrairement aux idées reçues, méditer ne consiste pas à faire le vide et à ne plus penser. Nous laissons simplement les pensées aller et venir, sans qu’elles ne nous entraînent dans davantage de pensées et d’histoires mentales. Nous en prenons acte, sans nous laisser détourner de notre objet de méditation.

 

Mon petit plus : méditer n’importe où !

Lorsque vous réalisez que tout peut devenir un objet de méditation, vous pouvez méditer n’importe où. Lorsque vous marchez dans la rue, concentrez-vous sur le sens de la vision et soyez simplement présent à ce que vos yeux voient. Lorsque vous êtes dans un environnement bruyant (ou encore mieux, dans la nature), concentrez-vous sur ce que perçoit votre ouïe : soyez simplement présent aux sons qui vous entourent. Si rien ne vous inspire autour de vous, tourner votre esprit vers l’intérieur et regarder les pensées passer, sans vous y accrocher, ni les rejeter.

Le secret : être simplement conscient, sans commentaire, sans jugement, juste présent.

 

Ma troisième habitude pour rester zen : lâcher prise…

 

faire confiance

 

Nous n’arrivons pas à être zen lorsque nous cherchons à tout contrôler. Nous agissons généralement comme si nous pouvions être le maître de tous les aspects de notre vie. Mais comme c’est en réalité impossible, nous faisons constamment face à la frustration ! Il en résulte stress, mécontentement et mal-être.

 

Pourquoi les choses nous échappent…

  • Tout est impermanent… C’est une évidence si on y réfléchit bien, et pourtant nous vivons comme si les choses, les gens, les situations étaient permanents. Certains grands méditants tibétains laissaient les braises de leur feu mourir durant la nuit, se disant qu’ils n’étaient pas sûrs d’être encore vivants le lendemain ! Vous pourriez trouver cette attitude extrême, mais c’était pour eux un entraînement de l’esprit à se rappeler l’impermanence. Dans notre société actuelle, nous avons peur de penser à la mort ou à la finitude. Nous occultons donc le fait que tout change constamment et finira forcément un jour par disparaître ou cesser.
  • Tout est interdépendant… Je vous lance un petit défi : trouvez quelque chose qui soit totalement indépendant, qui ne dépende d’aucune cause, d’aucun autre phénomène ? C’est impossible ! Les êtres, les situations, les choses matérielles sont le résultat du rassemblement de nombreuses causes. Pensez simplement à tout ce qu’il a fallu pour que la nourriture que vous allez manger au prochain repas se retrouve devant vous ? Si vous faites l’exercice, vous vous rendrez compte que cela vous fait partir très loin. Du coup, comment oser croire que nous avons la maîtrise sur quoi que ce soit ? Bien sûr, nous avons une maîtrise partielle, nous pouvons créer nous-même une partie des causes qui engendreront un résultat, mais nous ne sommes pas seul dans l’équation. Malgré nos efforts, nous pouvons rarement être totalement sûr du résultat.

 

Finalement, si nous n’avons pas le contrôle sur les gens ni sur les situations, que pouvons-nous faire ? Nous pouvons avoir le contrôle sur notre propre esprit : nous pouvons modifier notre manière de percevoir, c’est cela le lâcher-prise. Si nous pouvons influencer quelque chose ou le modifier, alors faisons-le, pas besoin de se prendre la tête ! Si nous ne pouvons pas influencer quelque chose ou le modifier, alors lâchons prise, cela ne sert à rien de se prendre la tête non plus !

Prenons conscience que :

  • tout ne dépend pas de nous
  • nous ne pouvons pas tout faire tout seul
  • nous ne sommes pas responsables de tout
  • les choses et les situations sont en mouvement constant, que ce soit une bonne nouvelle (cela peut s’améliorer !) ou une mauvaise (les bonnes choses aussi sont impermanentes…)

 

Le lâcher-prise et la confiance

Lâcher prise demande de la confiance. Et la confiance est comme beaucoup de choses : il faut commencer par nous-même. Difficile d’avoir confiance dans les autres et dans la vie si nous n’avons pas confiance en nous. Bien sûr, nous ne partons pas tous égaux devant la confiance : elle dépend de notre relation de confiance ou non avec nos parents, de l’attitude de confiance ou non de ces mêmes parents envers le monde extérieur, et de bien d’autres facteurs.

Alors, donnons-nous comme but de cultiver notre confiance en nous par tous les moyens que nous avons à disposition : la lecture et la méditation, que je viens de vous présenter, peuvent aider. Je vous propose par exemple la méthode que Thomas d’Ansembourg décrit dans son livre “Cessez d’être gentil, soyez vrai”, ou comment aller à la rencontre de nos sentiments, de nos besoins et de notre vie intérieure pour développer notre confiance et notre communication. Mais développer notre confiance est un vaste sujet qui demanderait un article à lui tout seul…

J’ai donc choisi mon camp, celui du lâcher-prise ! Résultat : moins de doutes, moins de stress et plus de zénitude !

 

rester zen

 

Pour conclure…

Voilà, c’était mes trois habitudes pour rester zen au quotidien. Si cela vous intéresse que je développe l’une d’elles plus en détail, n’hésitez pas à me le dire en commentaire et j’en ferai volontiers un autre article !

 

Petit exercice !

Faites cet exercice pour vous aussi ! Vous sentez-vous zen dans votre vie ? Si oui, pourquoi ? Listez les habitudes qui vous aident à le rester. Nous n’en sommes pas toujours conscients et les identifier peut nous aider à les rendre encore plus efficaces.

Si non, quels sont les obstacles principaux à votre zénitude ? Cherchez une méthode qui pourrait vous aider à les surmonter pour vous sentir mieux au quotidien. Pour ce faire, vous pouvez notamment visiter le blog Habitudes Zen. C’est une mine d’or pleine de conseils pour être plus zen ! Je vous conseille notamment l’article sur Comment instiller l’amour de la lecture, en votre enfant ou en vous si vous désirez approfondir l’habitude de la lecture.

 

 

Partager l'article :