Et voilà, déjà le 31e épisode de « C’est lundi, que lisez-vous » ! Plein d’idées de lecture à portée de souris… Pour retrouver les 30 autres épisodes, c’est ici : tous les « C’est lundi ».

Depuis la fin de l’été, j’ai l’impression d’avoir un peu ralenti mon rythme de lecture, et en même temps, en faisant la liste de mes dernières lectures, je me rends compte que j’ai quand même une belle série de romans à vous proposer ! Voilà quelques titres qui m’ont particulièrement plu 🙂

 

« C’est lundi… », mais qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un rendez-vous inspiré de « It’s Monday, What are you reading ? » du blog One Person’s Journey Through a World of Books. Chaque lundi, quelques dizaines de blogueurs répondent à trois questions :

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

Actuellement, les articles de tous les blogueurs participant à ce mouvement sont récapitulés sur le blog Les Paravers de Millina. C’est l’occasion de découvrir des personnes et des livres de tous horizons ! C’est parti :

 

1. Qu’ai-je lu les semaines passées ?

J’ai eu tellement de plaisir à lire les romans précédents de Paulo Cognetti (si vous me suivez depuis un moment, vous connaissez mon amour pour la montagne !) que, quand j’ai vu qu’il venait de publier un nouveau titre, je me suis dépêchée de l’acheter ! Cognetti est un écrivain de la montagne et « La félicité du loup » ne fait pas exception : l’histoire se passe dans les Alpes italiennes et met en scène des gens de montagne. J’attendais beaucoup de cette lecture, mais je crois que « Le garçon sauvage » et « Les huit montagnes » restent mes œuvres préférées de cet auteur !

Résumé : Fausto travaille dans un restaurant d’altitude au cœur du Val d’Aoste. Après une séparation, il s’est réfugié à la montagne et y fait la cuisine pour les touristes hivernaux. Silvia est serveuse dans le même établissement, pas mal plus jeune, mais les deux se rapprochent et s’aiment le temps d’une saison. Au printemps, Silvia se fait embaucher comme gardienne dans la cabane, tout là haut, au pied du glacier. Fausto ne veut plus de la vie en plaine et tente de rester au village en gagnant sa vie comme cuisinier pour les bûcherons de la vallée. Silvia et la cabane sont loin, mais le corps de Fausto est encore assez jeune pour le dénivelé jusqu’au glacier et l’amour avec Silvia. Une histoire de montagne, d’amour et d’amitié entre des gens simples qui tentent de trouver leur chemin et le bonheur dans une vie pas toujours simple.

 

Dans un genre complètement différent, voilà « Les amants du ciel se retrouvent toujours ici-bas » de David Perroud. Je n’attendais pas grand chose de ce roman, consciente que c’était probablement un roman feel-good sans prétention. Mais j’ai été surprise en bien ! L’histoire est un peu perchée (on parle sorties de corps et voyages dans l’univers…), l’écriture simple, mais c’est une histoire à laquelle on s’accroche finalement car elle est originale et on veut en connaître la fin ! Le côté perché de l’histoire est troublant car l’auteur nous présente une bibliographie détaillée en fin de volume pour étayer les faits présentés comme scientifiques dans le récit… Alors, réalité ou fiction totale ? A vous de vous faire votre idée ! 

Résumé : Ariel et Arold se connaissent depuis tout petits. Ils ont toujours été très proches, mais quand est venu le temps des premiers amours, ils ont refusé de se laisser aller à ce qui était pourtant logique, histoire de sauvegarder leur amitié. Quand, quelques années plus tard, Arold doit venir chercher Ariel au poste de police (en tant que scientifique et militante pour le climat, elle venait de ridiculiser le président des Etats-Unis !), l’attirance est toujours aussi forte, mais Ariel est stoppée dans ses élans par le décalage entre leurs deux vies. Elle combat le système avec conviction alors qu’Arold est devenu un richissime financier… Pourtant, elle voit bien qu’Arold est malheureux et complètement en décalage avec ce à quoi il aspire vraiment. Petit à petit, Ariel permet à Arold de changer de point de vue et ce dernier se lance dans une nouvelle aventure de finance verte. Mais ce n’est pas la seule aventure qui attend le couple ! Ariel, spécialisée dans l’étude des sorties de corps, planche sur une machine permettant de sortir de son corps à volonté : ses recherches vont la mener en Birmanie à la rencontre de leur future fille adoptive, mais également au contact de mondes subtiles, au-delà de la vie et de la mort…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les bienfaits du sourire : une "arme de bonheur collectif" !

 

Et pour terminer, un livre plus documentaire qui aborde le sujet délicat de la dépression sous la forme d’un témoignage : « Rester en vie » de Matt Haig. Je l’ai trouvé particulièrement informatif sans être plombant : à recommander à tout le monde pour comprendre cette maladie !

Résumé : Mi-témoignage mi-documentaire, ce livre est un vrai bon livre sur la dépression. Une maladie qui s’abat sur Matt dans la vingtaine et qui le met au tapis pour de bon. Quelques pensées suicidaires plus tard, il remonte la pente à petits pas et partage son cheminement avec nous. Alternant les chapitres de formes différentes, tranche de vie, réflexion sur la maladie et l’anxiété, données scientifiques ou sociologiques sur ces sujets, ce livre ouvre les yeux de ceux qui n’ont jamais vécu cette descente aux enfers et redonne espoir à ceux qui pourraient s’y trouver…

 

2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?

Lorsque j’ai entendu que Elisa Shua Dusapin avait reçu le National Book Award (ce n’est pas rien !) pour « Hiver à Sokcho », j’ai eu envie de le découvrir ! Je l’avais acheté à sa sortie pour ma bibliothèque, mais sans l’ouvrir… Voilà qui est réparé. Mon avis sur ce livre aux multiples prix ? Mitigé… C’est bien écrit, l’histoire est bien construite, mais je trouve l’ambiance un peu glauque et déprimante. Evidemment c’est très personnel, je crois que je n’avais pas forcément envie de ce genre d’ambiance alors que les jours raccourcissent et que le soleil me manque. Ce qui n’enlève rien à la qualité littéraire de ce premier roman.

Résumé : L’héroïne de cette histoire, franco-coréenne comme son auteure, vit à Sokcho, une station balnéaire bien vide en cette saison hivernale. Il fait froid, humide, et la vie semble tourner autour de la pêche et du poisson. La jeune femme travaille dans une vieille pension à faire la cuisine et le nettoyage pour 2-3 clients car peu de touristes auraient l’idée de venir dans cette région en dehors de la belle saison. Arrive pourtant un français, dessinateur de bandes dessinées, qui fascine notre héroïne. Un peu taiseux, il ne vient jamais manger sa cuisine coréenne et passe ses soirées à peindre des corps de femmes à l’encre. Alors que la jeune femme voit son petit ami la délaisser pour un job de mannequin à Séoul, une relation ambiguë se tisse avec cet étranger avec qui elle partage un lien avec la France. Un roman aux phrases courtes et à la première personne, tout en suggestion, comme suspendu dans le temps.

 

 

3. Que vais-je lire ensuite ?

Probablement quelques bonnes BD que je viens d’acquérir pour ma bibliothèque scolaire. D’ailleurs, le prochain épisode de « C’est lundi » pourrait bien être un épisode spécial BD ! Dites-moi en commentaire si cela vous tente ?

Notamment, la très prometteuse BD « Le coeur des femmes » d’Aude Mermillod, d’après le roman de Martin Winckler.

 

 

Et vous ?

Qu’avez-vous lu ces dernières semaines ? Partagez vos coups de cœur dans les commentaires 🙂

Et retrouvez l’épisode précédent de « C’est lundi… » en cliquant ici.