C’est lundi ! Donc, nouvel épisode de “C’est lundi, que lisez-vous”

Mais qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un rendez-vous inspiré de “It’s Monday, What are you reading ?” du blog One Person’s Journey Through a World of Books.

Chaque lundi, quelques dizaines de blogueurs répondent à trois questions :

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?

Actuellement, les articles de tous les blogueurs participant à ce mouvement sont récapitulés sur le blog I Believe in Pixie Dust. C’est l’occasion de découvrir des personnes et des livres de tous horizons !

C’est parti :

 

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

Comme je vous l’annonçait dans C’est lundi #4, j’ai lu “Kilomètre zéro, le chemin du bonheur” de Maud Ankaoua.

Première remarque : j’ai été un peu déçue de la qualité littéraire de ce livre. Quelques lourdeurs et tournures de phrases bizarres m’ont un peu dérangée… Deuxième remarque : l’histoire est très prévisible. Dès le départ, on sait que la protagoniste principale va sortir de sa zone de confort, partir à l’aventure et réaliser plein de choses qui changeront sa vie. Tous les ingrédients de la comédie romantique sont également présents, ce qui laisse peu de place au suspens. Seule la conclusion entre l’héroïne et son amie nous prend un peu par surprise.

Ceci dit, les “enseignements” qu’on trouve dans ce roman de développement personnel sont intéressants. C’est un peu du “bouddhisme pour les nuls”, le côté religieux en moins pour le rendre plus digeste pour le grand public. Ayant étudié les enseignements traditionnels tibétains depuis de nombreuses années, j’ai trouvé intéressant de voir comment l’auteur a “traduit” les idées fondamentales de ces enseignements afin de les incorporer au déroulement de l’histoire, tout en gardant leur cadre géographique d’origine puisque la majeure partie du récit se passe dans l’Himalaya, notamment au contact de réfugiés tibétains.

Résumé : Maëlle est une working girl hyperactive, incapable de lâcher prise de son job de directrice financière dans une entreprise en plein développement. Le jour où sa chère amie lui annonce qu’elle souffre d’un cancer, Maëlle se retrouve devant un choix difficile : partir dans les Annapurnas à la recherche d’une mystérieuse méthode qui pourrait guérir son amie, ou privilégier sa carrière au risque de vivre avec la culpabilité de ne pas avoir tout fait pour la sauver.

Pour conclure, c’est une lecture distrayante dans laquelle chacun trouvera quelques conseils pour apprendre à mieux gérer sa vie.

 

2. Que suis-je entrain de lire en ce moment ?

Après avoir lu un premier roman de Durian Sukegawa, “Le rêve de Ryosuke”, j’ai eu envie de lire “Les délices de Tokyo” et je ne suis pas déçue !

Même poésie, même genre de personnages, fragiles, ayant de la peine à trouver leur place dans la vie. Avec une touche de surnaturel poussant le récit du côté du conte. Dans les deux histoires, il s’agit d’un personnage masculin ayant un lourd passé et peinant à s’épanouir. Il est toujours question de créations culinaires (des pâtisseries japonaises ou des fromages de chèvres). Chacun des deux héros trouvera une figure de mentor sous la forme d’un personnage plus âgé qui l’accompagnera à la découverte de ce qu’il est. Quand on y réfléchit, il y a beaucoup de similitudes entre les deux histoires ! C’est touchant, c’est beau, bien qu’un peu mélancolique. Avec en prime la description des cerisiers en fleurs dans le livre d’aujourd’hui…

Résumé : Sentarô fabrique des dorayaki, pâtisseries japonaises à la pâte de haricots rouges, dans une échoppe de Tokyo. Son patron l’a repêché à sa sortie de prison et lui a fournit ce travail pour éviter qu’il ne sombre. Jour après jour et sans grand entrain, il cuit des petits pancakes fourrés. Sa vie est transformée le jour où une vieille dame aux mains tordues apparaît devant sa vitrine. Fabriquant de la pâte de haricots rouges depuis 50 ans, elle réussit à se faire engager par Sentarô qui voit son chiffre d’affaire s’envoler grâce à cette magicienne de la pâtisserie. Mais le lourd secret que cache la vieille Tokue va mettre en péril la petite échoppe. A son contact, Sentarô apprendra à ouvrir son coeur et pourra enfin trouver sa voie.

En plus d’être une belle histoire, ce livre nous apprend des choses intéressantes sur une page de l’histoire japonaise que je ne connaissais pas : le traitement réservé aux malades de la peste, enfermés dans des sanatoriums sans espoir de sortie malgré leur guérison. Touchant et édifiant !

 

3. Que vais-je lire ensuite ?

L’été dernier, j’ai lu Le Coeur cousu de Carole Martinez. Ce récit m’avait à la fois enthousiasmée et dérangée… probablement à cause de son ambiance mi-réaliste mi-fantastique qui n’est pas ce que je préfère. L’autre jour, j’ai déniché un autre livre de cette auteure dans un magasin de seconde main, histoire de continuer la découverte de son univers : Du domaines des Murmures. La suite au prochain numéro !

L’avez-vous lu ? Que pensez-vous des livres de Carole Martinez ?

 

Et vous ?

Que lisez-vous en ce moment ?

 

 

 

Partager l'article :