Sortir du burn-out ? Et si c’était l’occasion de réinventer votre vie !

Le burn-out, ou syndrome d’épuisement professionnel, est malheureusement une pathologie de plus en plus courante dans l’environnement de travail actuel. Fini l’empathie et le bien-être sur notre lieu de travail, bonjour le stress chronique, la surcharge et la dépression…

Trouvez-vous que j’exagère ? Selon le Figaro, 36% des Français auraient déjà fait un burn-out dans leur milieu professionnel, chiffre qui monte à 54% chez les personnes au chômage ! Autant dire que la santé au travail est un sujet délicat… A noter également que cette sensation d’épuisement n’est pas réservée uniquement à la vie professionnelle : le burn-out peut être parental ou maternel quand c’est la vie privée et le rôle de parents qui cause de la souffrance au quotidien.

Dans un précédent article, je vous proposais d’ailleurs le témoignage de Laetitia dans un podcast où elle nous racontait son expérience de l’épuisement émotionnel à cause d’une charge de travail ingérable alors qu’elle était active dans l’éducation. Usure psychologique alors qu’elle met tout son coeur dans son job mais que les exigences excessives du système scolaire rendent sa tâche impossible, sentiment d’échec, dépersonnalisation puis arrêt total : impossible de se lever et de faire quoi que ce soit, mal-être profond qui lui fait même envisager le suicide… Laetitia raconte dans un livre “Sous une douce apparence” son expérience de ce surmenage professionnel dont elle essaie de sortir tant bien que mal.

 

Maryline Gomes, psychologue du travailDans cet article, je vous invite à la rencontre d’une autre rescapée de cette maladie professionnelle qui a également utilisé cette traversée de l’enfer psychologique pour écrire un livre : Maryline Gomes.

Mais cette fois il ne s’agit pas d’un livre-témoignage. Ce que Maryline nous propose est un véritable guide pour sortir du burn-out !

Et si le burn-out se révélait être une opportunité de changement et de croissance ? Un tremplin pour changer de vie et retrouver une forme d’accomplissement personnel et professionnel ?

Psychologue du travail, Maryline nous invite à nous engouffrer dans la petite lueur d’espoir qui s’allume lorsqu’une personne en épuisement total décide de reprendre les rennes de sa vie et de dépasser la souffrance pour retrouver une vie personnelle pleine de sens.

 

Partons donc à la rencontre de Maryline et de son livre “Comment sortir du burn-out : guide pratique” :

Interview de Maryline Gomes, auteure du livre “Comment sortir du burn-out”

 

Aline : Bonjour Maryline ! Pourrais-tu commencer par nous parler du burn out ? Qu’est-ce que c’est exactement que cet état d’épuisement ? Quels en sont les manifestations, les signes avant-coureurs ? Y a-t-il des profils particuliers chez les personnes touchées ?

Maryline Gomes : Le burn-out c’est un épuisement physique, psychique et émotionnel, non seulement professionnel mais aussi personnel. Cet état de fatigue est insidieux et s’installe dans le temps. Le burnout est toujours le fruit d’une accumulation de situations de souffrance diverses (pour donner quelques exemples : humiliations, surmenage, des consignes qui changent tout le temps, tâches répétitives, manque de respect, de reconnaissance, voir harcèlement, infantilisations, isolement, sentiment d’injustice, etc.) qui conduisent à se sentir à bout, épuisé, dépassé, exténué.

Il y a en effet plusieurs signes avant-coureurs qui peuvent indiquer si une personne va vers un burnout. Mise à part la grande fatigue physique et émotionnelle qui s’accompagne d’une perte d’énergie vitale, il peut y avoir : la perte de motivation, des problèmes d’ordres cognitifs qui n’étaient pas présents avant (comme les problèmes d’attention et de concentration), des problèmes de santé divers, plus d’émotions dites négatives et de manière plus exacerbées (frustrations, colères, déceptions, cynisme, etc.), une perte de sens dans son travail et son quotidien, une diminution de la performance et une incapacité à se ressourcer (dû à l’épuisement qui s’installe), prendre moins soin de soi, les ruminations et, d’une manière plus générale, une diminution de la satisfaction sur tous les plans de la vie.

Le point qui me semble très important à ce stade c’est de justement réussir à s’apercevoir de tous ces changements en soi, ce qui n’est pas une chose aisée puisque quand une personne est en véritable souffrance, elle est aussi moins attentive vis-à-vis d’elle-même et elle peut ne pas voir ces signaux de stress. Ce qui peut être une bonne aide dans ce cas c’est le regard extérieur qui peut alerter : l’entourage peut d’une manière bienveillante lui apporter du soutien et les mots qui feront en sorte que la personne puisse s’apercevoir que son comportement a changé. Et cela pourra être le déclencheur d’une prise de conscience.

Il n’y a pas de profil-type ou de causes déterminantes, mais il y a des traits de caractères qui reviennent systématiquement : faire preuve d’un grand investissement émotionnel, être sur-engagé, dans la sur-adaptation, être très sensible à son environnement, avoir une grande capacité de travail. Comme je l’ai indiqué dans mon livre, c’est un peu « la maladie des gens efficaces ou passionnés », cela n’arrive pas à ceux qui sont dans une attitude plus laxiste. Alors bien prêter attention à notre rapport au travail est en fait essentiel pour éviter de se retrouver dans une situation de souffrance liée au travail.

épuisement et surmenage au travail

 

Aline : Quel est ton parcours à toi, et ton histoire avec le burn out ?

Maryline Gomes : En résumé, j’ai habité dans plusieurs pays, travaillé dans divers secteurs d’activité, le plus souvent dans les médias et la communication. Je suis revenue en France il y a déjà sept ans (le temps passe) et lors d’une expérience en entreprise, dans un département communication, où je suis restée à peu près deux ans et demi, j’ai fait un burn out professionnel. Il y a eu plusieurs raisons qui m’ont conduite à en arriver à ce stade : le rythme de travail trop intense, le surmenage, une relation tendue avec la hiérarchie qui n’était pas à l’écoute des difficultés que je rencontrais dans mon quotidien de travail, le manque de reconnaissance, et ce pour ne citer que quelques causes. Bien sûr, ce sentiment d’épuisement ne s’est pas développé du jour au lendemain, cela a mis du temps jusqu’à ce que je m’aperçoive que quelque chose ne tournait pas rond.

Et au final, cette expérience a été un tournant dans ma vie : cela m’a permis de prendre du recul, de me repenser, de faire une sorte de bilan personnel pour comprendre ce que je voulais faire et vers où je voulais aller. Mais cela m’a pris du temps, le temps de me retrouver. Puis, à un moment donné, je me suis dit « Et si c’était une opportunité ? ». De quoi exactement, à cet instant précis je ne le savais pas, mais je le sentais comme un changement, comme si j’étais arrivée à un point de non-retour dans ma vie. Et ce fût au fil de mes rencontres et de mes recherches que j’ai compris que rien ne nous arrive par hasard et que nous pouvons choisir le regard que nous souhaitons porter à chaque expérience, notamment traumatique, que nous vivons : soit comme un moyen de nous révéler à nous-même, d’en apprendre plus sur nous et notre vie pour y retrouver un sens ; soit nous restons en mode de victimisation et nous finissons par tourner en boucle. J’ai bien sûr choisi la première option et c’est à partir de là que j’ai pu transformer cette expérience en une opportunité de me reconnecter à mes envies profondes pour créer une vie plus alignée avec qui je suis au fond de moi.

 

Sortir de cet épuisement général : les stratégies

Aline : Parle-nous des pistes pour sortir du burn out : quelles sont les clés et les stratégies pour s’en sortir ? Comment trouver l’envie de rebondir et se mettre en marche vers une nouvelle vie ?

Maryline Gomes : Je pense que la première chose à faire est de se connecter au désir de vouloir en sortir. Cela semble anodin mais c’est vraiment le petit pas qui ouvre sur le chemin de la connaissance de soi. C’est le petit déclic à l’intérieur de soi qui indique à la personne qu’elle est prête à faire ce qu’il faut pour y arriver. Cela se sent. Sans ce désir, la personne peut consulter tous les thérapeutes qu’elle souhaite, lire tous les livres qu’elle veut, si c’est juste pour se donner bonne conscience, cela ne marche pas. Etre honnête et authentique envers soi c’est primordial pour se mettre en marche vers une vie plus alignée avec soi et envisager un retour au travail. Tomber en dépression et en burnout

Ensuite, je dirai qu’il faut tenter de comprendre ce qui convient à la personne. Tenter diverses thérapies, méthodes, pour comprendre ce qui peut être le plus adapté. Se reconnecter à son propre rythme intérieur, ce point est un des plus importants. Avec les vies si actives que nous menons, les professions si exigeantes que nous exerçons, il est très facile de perdre ses propres repères, de ne pas s’écouter pour répondre à toutes les sollicitations qui arrivent de l’extérieur alors que nous préférerions dire non…

Ce qui me mène au point suivant : trouver ses priorités et, avant tout, se choisir soi-même. À dépenser autant d’énergie dans les nombreuses activités personnelles et professionnelles, on peut finir par s’oublier, par ne plus se faire plaisir, ni écouter les besoins de son corps et tomber dans un épuisement progressif. Le « travail de fond » à faire est celui de se reconnecter à soi. Cela prend du temps, mais c’est un chemin très enrichissant où l’on va en apprendre plus sur la manière dont nous fonctionnons, nos émotions, comment créer une meilleure relation avec soi-même (ce qui aura aussi pour conséquence de nourrir de meilleures relations avec notre entourage), comment être plus en phase avec soi-même, apprendre à s’affirmer, à exister autrement, plus par l’être que le paraître. Je pense qu’il y a une véritable nécessité de revenir à des fondamentaux.

Bien sûr, et je ne l’oublie pas, il est très important de bien se faire accompagner (par son médecin-traitant, mais éventuellement par d’autres thérapeutes comme par exemple un psychologue ou un psychiatre, en fonction du chemin que chacun choisit de prendre). Il n’y a pas de recette miracle, l’essentiel est de comprendre ce qui est bon pour soi, sans jugement ni culpabilité, acceptant d’aller à la rencontre de soi (dans ce que nous avons de bons et de moins bons, car c’est ce qui est libérateur).

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  C'est lundi, que lisez-vous ? #2

Aline : Comment t’es venu l’idée d’écrire un livre sur ce sujet ? Comment t’y es-tu prise ? Est-il basé sur ta propre expérience d’épuisement au travail ?

Maryline Gomes : Cela m’est venu très naturellement, parce que mes amis me disaient de temps à autre que je devrais écrire. Alors un jour j’ai décidé de le faire, juste pour voir où cela pouvait me conduire et quelques mois plus tard j’avais un “oui” pour la publication de mon livre sur le burn-out. J’étais heureuse !

Ce livre est basé sur mon expérience, mais surtout sur les prises de conscience que j’ai eues au fil du temps. Paradoxalement le burn-out fût une source très riche de connaissances sur moi, sur le regard que je portais sur la vie, regard qui a pu évoluer parce que j’avais choisi d’en faire quelque chose : une étape pour grandir, pour élargir mon monde intérieur.

 

Un livre pratique pour cheminer dans cette situation d’épuisement

Aline : Parle-nous du contenu de ce livre ? Qu’avais-tu comme but en l’écrivant ? Que voulais-tu faire passer comme message aux personnes qui font face à l’épuisement ?

Maryline Gomes : Je voulais que ce livre soit très pratique, qu’il puisse aider tout un chacun à cheminer à travers une expérience qui est douloureuse. Dans la vie, on nous apprend beaucoup de choses qui finissent par se révéler inutiles, mais on ne nous apprend pas à mieux comprendre nos émotions, ni à traverser des épreuves, ni à se connecter à soi, ou encore à voir la vie d’une manière plus positive. Il est très facile de se laisser aller et de rester dans un schéma de pensées qui va alimenter encore plus la lourdeur et la négativité. Il est bien moins aisé de comprendre qu’en fait la solution vient avec le problème, ou de se dire “qu’est-ce que je dois comprendre de moi avec cette situation ?”. Se libérer émotionnellement et psychiquement d’un burn-out (ou d’un autre problème), passe par ce regard sur soi, par se remettre en question, par se poser les bonnes questions et construire un mindset plus positif.

C’est pourquoi j’ai voulu apporter des pistes de réflexions, proposer des solutions, mais surtout aider à faire évoluer la perception que l’on peut avoir de soi et de ce que l’on vit.

Le message que j’ai voulu faire passer dans ce livre c’est qu’il est possible de se connecter à la source du bonheur qui est en soi en partant d’une épreuve difficile (que j’appellerai plutôt aujourd’hui un défi de la vie). Avec beaucoup de bienveillance et d’ouverture d’esprit, on peut choisir de vivre autrement.

Livre Comment sortir d'un burn out

Aline : Quels sont les retours que tu as des lecteurs ? Comment le livre les a-t-il aidés par rapport au burn-out ?

Maryline Gomes : J’ai eu des lecteurs qui m’ont dit que mon livre les avait aidés à retrouver le plaisir de lire, d’autres m’ont dit avoir mieux compris ce qui leur arrivait, d’autres encore ont été positivement surpris par le chemin de découverte de soi que j’y proposais. Ce qui revenait le plus souvent était le fait que les lecteurs se sentaient comme qu’accompagnés main dans la main sur ce chemin de guérison – l’ayant écrit dans ce but, j’ai senti que ma mission était accomplie !

Plus globalement, les retours ont été très positifs et au final que ce soit pour un burn-out ou une autre situation dans la vie, il y a de nombreux enseignements qui peuvent trouver un écho chez le lecteur.

 

Aline : Puisque nous sommes sur un blog qui parle de lecture et de bibliothérapie, comment vois-tu l’activité de lire dans le cadre du burn-out ? J’ai cru comprendre que pour certaines personnes en épuisement psychologique, lire est très difficile dans un premier temps… Comment la lecture peut-elle être intégrée dans un processus thérapeutique dans le sens large du terme chez les personnes qui font un burn-out ?

Maryline Gomes : C’est vrai qu’au début d’un burn-out l’épuisement rend la lecture de tout type d’ouvrage compliquée, que ce soit pour des problèmes de motivation, d’attention, de concentration ou de simple fatigue. Mais avec le temps l’envie revient, sans forcer (d’où l’importance de se reconnecter à son rythme intérieur). Cela se fait en reprenant plaisir à la vie, plaisir à faire des activités simples comme… lire. Et en effet, dans le cadre d’un processus thérapeutique, cela va avoir des effets très bénéfiques comme aider à la relaxation, s’évader et se laisser aller à l’imagination, trouver des potentielles pistes ou solutions, se former, mieux se connaître, aider à structurer sa pensée. La lecture fait du bien ! Fiche de lecture

Aline : Pour terminer, présente-nous tes activités en ligne. Quels sont tes projets futurs ?

Maryline Gomes : Aujourd’hui j’ai deux sites internet : sortir-du-burnout.com et marylinegomes.com. Le premier est plus spécialisé sur le burn-out lié au travail et le deuxième est plus ouvert à d’autres thèmes liés à la santé mentale et émotionnelle (équilibre, mieux-être, conscience). J’anime aussi l’émission radio “Travail à cœur” sur la radio Cause Commune 93.1 FM et je continue les accompagnements.

Concernant les projets futurs, je suis en phase d’écriture de mon deuxième livre (un roman) et de création de deux formations en ligne (l’une d’entre elles sera d’ailleurs très utile à tous ceux qui souhaitent apprendre à cultiver en eux un état d’esprit plus positif tous les jours, soit pour éviter l’épuisement et prévenir le burn-out, ou s’en sortir en se renforçant psychologiquement et émotionnellement).

Pour cette rentrée, je vais aussi sortir la nouvelle newsletter (pour ceux qui serait intéressés, il suffit de s’abonner sur un des deux sites) et je réfléchis aussi à la création d’un podcast. Des projets, j’en ai toujours !

Merci Aline pour cet échange !

Aline : Merci Maryline pour ce partage et ce livre qui sera précieux pour toutes les personne expérimentant la souffrance au travail et qui leur donnera envie de rebondir pour guérir !

Pour en savoir plus sur le burn-out, vous pouvez consulter le site de Maryline mentionné ci-dessus, et notamment l’article suivant qui présentent tous les symptômes du burn-out, des signes psychiques aux manifestations physiques.

 

mi, Curabitur libero. ut leo porta. elit. Nullam mattis sed Lorem